icon

Cart

baumes déodorants

Grid List

3 résultats affichés

Déodorant naturel et bio VS déodorants conventionnels

 

Les déodorants conventionnels ont développé des stratégies anti- transpiration avec des composants qui ne sont pas anodins.

Si parabens et aluminium ne sont pas les seuls composants incriminés pour leur potentielle toxicité, bloquer une porte de sortie naturelle de nos toxines ne l’est pas moins.

Dans un déodorant conventionnel, nous trouvons :

Les sels d'aluminium, dont l’aluminium chloride Ils peuvent provoquer des réactions inflammatoires et endommager les glandes sudoripares.

Leur action qui ressert les pores de la peau empêche les toxines de s’évacuer, elles s’accumulent alors dans les ganglions lymphatiques.

Un ganglion lymphatique entoxiné peut favoriser l’apparition d’un cancer dans cette zone, en particulier du sein. Enfin ces sels d’aluminium sont de plus en plus incriminés dans la maladie d’Alzheimer car ils pourraient se fixer dans certains organes dont le cerveau. Ils sont utilisés dans les déodorants pour limiter voire supprimer la transpiration.

Les parabens (butyl, propyl, méthyl, éthyl paraben) et le phénoxyéthanol Ce sont des glycols et ils sont cancérigènes (cancer du sein notamment). Ils modifient l’organisation des protéines et de l’ADN.

Le triclosan est un produit chloré hautement réactif. Il est bactéricide, mais il est toxique pour le foie par accumulation. Il est souvent souillé par la dioxine, dérivé chloré très dangereux et il a des conséquences sur le système nerveux, immunitaire et endocrinien. Parabens et triclosan sont des conservateurs.

Du parfum, composé musqué : substance odorante artificielle très stable,  il se fixe dans les tissus et peut s’avérer cancérigène.

Les huiles et les cires de silicone, (dont la plus couramment utilisée pour les déodorants est le diméthicone pour adoucir la peau, émollient). Très peu biodégradables et nocives pour l'environnement, elles sont suspectées de perturber le système hormonal et la croissance des organes gynécologiques. Elles bouchent les pores de la peau et empêchent l’élimination des toxines comme pour l’aluminium.

Les polyéthylenglycols (PEG) dont l'obtention se fait à partir de gaz et de manipulations dangereuses donc néfastes pour l’homme et l’environnement. Ils favorisent l’apparition de boutons et points noirs.

Le talc, pour son activité absorbante mais cancérigène sur les femmes (cancer des ovaires)